FF 62 - Visuel article LAFOND - PANORAMA

Alliance atlantique : des pays européens à la hauteur ?

parFrançois LAFOND, président de Blue Networks and Opportunities

Articles de la revue France Forum

-

Le sommet de l’Otan qui s’est déroulé à Varsovie les 8 et 9 juillet a été, une nouvelle fois, un événement important pour la sécurité du continent européen dont le décryptage et la mise en perspective requerront du temps, tant les évolutions des organisations internationales de cette nature s’opèrent comme les tankers en mer. Ainsi, quelques éléments à l’agenda des 28 membres de l’Alliance atlantique sont d’ores et déjà à relever.

Le premier est le contexte politique dans lequel ce sommet s’est déroulé : le dernier de Barack Obama, qui aura, de toute évidence, transformé la politique étrangère américaine. Au-delà de l’incertitude quant à son successeur à la Maison-Blanche, qui pourrait être décisive pour l’avenir même de la structure si l’on s’en tient aux déclarations de l’un des prétendants, la volonté américaine aura été de demander à l’Europe de prendre sa sécurité au sérieux et pas uniquement d’un point de vue budgétaire. Certes, des efforts sont en cours, notamment en Allemagne, mais seuls cinq états de l’Alliance consacrent 2 % de leur budget à la défense, dont 20 % aux équipements militaires. Même si Washington continue de financer 70 à 75 % du budget de l’Otan, certains membres regrettent que le rôle des États-Unis ne soit plus pleinement celui de leader en matière de défense collective en Europe. L’invasion de la Crimée par la Russie et le conflit persistant à basse intensité dans la partie est de l’Ukraine, le Donbass, ont renforcé les craintes des pays baltes et de la Pologne en particulier face au régime poutinien, toujours plus imprédictible et ambigu sur ses intentions. Au-delà des accords de Minsk II, l’Otan a paradoxalement retrouvé une raison d’être et le sommet de Varsovie a illustré, malgré tout, cet antagonisme avec la Russie, constatant toujours plus ce que seront, demain, les éléments des « guerres hybrides ».

Pour rassurer son flanc est, le sommet de Varsovie a confirmé la montée en puissance du « plan d’action pour la réactivité », avec la « force de réaction », la « force à très haute réactivité », mais aussi avec l’installation de quatre bataillons (4 000 soldats) dans les états limitrophes à la Russie, de « manière rotative » pour respecter l’acte fondateur de la relation Otan-Russie de 1997. Cette fermeté musclée à l’égard de la Russie se retrouve également dans la réapparition des discussions sur la dissuasion nucléaire, puisque l’agitation de cette arme pour des « conflits régionaux » par des proches du régime russe avait ébranlé quelques certitudes à l’Ouest.

Dans ce contexte, l’Allemagne, l’Italie et la France n’ont cessé de jouer l’apaisement et de réaffirmer l’importance du dialogue pour éviter toute escalade ou provocation maladroite.

Si le système anti-missile balistique continue d’être perçu comme offensif et inapproprié par la Russie, tout comme l’élargissement effectif au Monténégro (signal aux pays candidats que tout espoir de devenir un jour membre de l’Alliance n’est pas définitivement abandonné), ce sommet à Varsovie a été plus que jamais un exercice diplomatique d’équilibre, qui offre aux Européens la possibilité d’être imaginatifs et solidaires dans la construction d’une architecture de sécurité collective. En ce sens, la sortie de l’Union européenne du Royaume-Uni pourrait se traduire par un renforcement du rôle de ce dernier au sein de l’Otan et par la relance de la défense européenne, à partir de la mise en place d’un quartier général spécifique à Bruxelles. Une meilleure coordination des deux structures est, de toute évidence, une priorité de court terme, à partir du Conseil européen et du Conseil de l’Otan. L’engagement de l’Otan sur le flanc sud, notamment dans les opérations de sécurité en mer égée, pour lesquelles l’Italie et la Grèce ont particulièrement insisté, est de ce point de vue un exercice pratique qui sera riche d’enseignements.

 

Défense et conflits
Gouvernance mondiale
Union européenne
Europe
Amérique
Histoire
Sécurité