©DR

La mort en face

parJérôme BESNARD

Articles de la revue France Forum

-

Le premier roman – Le Miel (Gallimard, 2014) – de Slobodan Despot, écrivain d’origine serbe, de nationalité suisse et de langue française, a connu un beau succès d’estime. Dans Le Rayon bleu, le fondateur des éditions Xénia nous revient avec une fiction au titre ressemblant, aux premiers abords, à celui d’un roman de Pierre Benoit. Son héros, un journaliste, se retrouve à enquêter, à la demande de la fille du défunt, sur la mort étrange de Herbert de Lesmures, personnage largement inspiré de François de Grossouvre, conseiller de François Mitterrand retrouvé sans vie à l’Élysée le 7 avril 1994. Dans sa quête de la vérité, le héros va être amené à s’entretenir avec le général Albert-Georges Angenieux, sosie du général Pierre-Marie Gallois, géopolitologue et principal artisan de la dissuasion nucléaire française, mort quasi centenaire en 2010. Le rayon bleu, c’est celui que voient les témoins d’une explosion nucléaire. L’équilibre toujours précaire des forces de frappe nucléaire est bien la clé de cette histoire. Relié à une chaîne de mystérieux correspondants par une antique ligne de téléphone, Lesmures connut, de longues années durant, l’angoisse de ceux qui naviguent dans les eaux radioactives de la dissuasion. Avec Le Rayon bleu, slobodan Despot confirme sa capacité à faire entrer la géopolitique et la philosophie dans ses univers romanesques. Il signe un beau roman cérébral sur une génération disparue d’hommes d’État issus de la Résistance et de la France libre.

Quatre couples sont réunis en plein hiver avec leurs enfants dans un chalet, accessible uniquement par télésiège, et qui abrita jadis des colonies de vacances. Voici campé le tableau du huis clos proposé à ses lecteurs par Olivier Maulin qui signe, avec Les Retrouvailles, son dixième roman. L’auteur rompt quelque peu avec la truculence de ses précédents livres, écrits dans la veine d’un Jacques Perret. L’écriture s’est resserrée, devenant presque cinématographique. Au-delà du suspens, on goûtera la confrontation sociologique entre un normalien passé des lettres à l’informatique, Laurent Campanelli, et la fratrie Aubert – Michel, Yvon et Flore de leurs prénoms, grands bourgeois lyonnais. Laurent et Michel furent condisciples d’hypokhâgne au lycée du Parc, vingt-cinq ans avant le fatal week-end aux sports d’hiver. Laurent, issu d’un milieu populaire, boursier, était alors amoureux de la jeune Flore. C’est Yvon d’Aubert, baroudeur fantaisiste, qui a racheté le chalet avec sa part d’héritage. D’héritage, il en sera beaucoup question, mais nous ne déflorerons évidemment pas l’histoire tant le suspens fait la force de ce roman noir contrastant avec la blancheur de la neige. Olivier Maulin, par ailleurs critique littéraire à l’hebdomadaire Valeurs actuelles, amorce, ici, avec succès une nouvelle pente romanesque remarquablement servie par ses talents de conteur. L’essai est concluant et à renouveler !


Slobodan Despot, Le Rayon bleu, « Blanche », Gallimard, 2017 – 17 €
Olivier Maulin, Les Retrouvailles, Éditions du Rocher, 2017 – 17,90 € 

Littérature
Histoire
Vie politique française
Culture
Article GRATUIT

Pour aller plus loin