By Frank Perry (Own work) [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

Merci à François-Régis Hutin, notre ami

parAnne-Marie IDRAC, Ancien ministre, représentante spéciale du ministre des Affaires étrangères et du Développement international pour les relations économiques avec les émirats arabes unis.

Articles de la revue France Forum

France Forum vient de perdre l’un de ses meilleurs amis. 

Non seulement parce que, grâce à François-Régis Hutin et à son épouse Jeanne- Françoise, Ouest-France a toujours été un soutien fidèle de la revue. Mais surtout parce qu’il portait haut et large les idées républicaines, sociales et européennes. Ainsi la devise du quotidien est-elle « Justice et liberté », deux mots qui ont inspiré et guidé ce grand patron de presse toute sa vie. Soucieux de la préservation de ces valeurs bien plus que de l’argent, François-Régis a placé Ouest- France sous la protection juridique de l’Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste.

Dans son dernier éditorial, publié après son décès, François- Régis Hutin évoque « cette montée humaine lente, trop lente, mais montée quand même qu’a entreprise cette immense cohorte des hommes. » Montée vers le Ciel, pour ce fervent chrétien ; montée, aussi semble-t-il, vers la responsabilité démocratique chère à Marc Sangnier.

François-Régis Hutin a contribué à l’élévation du niveau de conscience démocratique en délivrant aux lecteurs l’information la plus rigoureuse et la plus complète possible, avec toutes les évolutions techniques nécessaires dont fait partie le numérique.

Dans son métier de patron de presse et d’éditorialiste, il voulait proposer et partager une compréhension ouverte du monde afin de préserver les lecteurs de tous les isolationnismes. La charte éditoriale du journal – « Dire sans nuire, montrer sans choquer, témoigner sans juger, dénoncer sans condamner » – reflète son honnêteté intellectuelle et son respect des lecteurs.

Il a fait d’Ouest-France le premier quotidien français, à mille lieues de la complaisance, du populisme et de la facilité, assumant ses positions résolument européennes, dans l’esprit de Robert Schuman.

La vie de François-Régis Hutin est marquée par la cohérence de sa pensée et le respect parfait de ses engagements. Tous ses combats, par les idées et par l’action, ont été inspirés par le christianisme social : ses prises de position fortes pour la liberté de l’enseignement et pour l’adoption du traité de Maastricht sont bien connues ; peut-être moins son soutien intellectuel et matériel à Solidarnosc dès 1981, ses dénonciations de la peine de mort et des mauvaises conditions de vie des prisonniers, ses engagements humanitaires, notamment pour la Somalie ou l’Ethiopie, en grand voyageur généreux qu’il était resté depuis sa jeunesse. François-Régis Hutin a aussi profondément contribué à la vitalité de l’Ouest. Selon Pierre Méhaignerie, cela est lié à la bienveillance à l’égard de l’Autre, garante de performance sociale, que le patron d’Ouest-France a contribué à alimenter. Et pour cela aussi, fille de André Colin, autre figure de la démocratie chrétienne bretonne, je lui dis merci.