Comprendre la pensée contemporaine de l’autre Europe

parJérôme BESNARD

Articles de la revue France Forum

Chantal Delsol et Joanna Nowicki, La Vie de l’esprit en Europe centrale et orientale, Cerf, 2021 – 39 €

Depuis 1945, les trois pays baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie), la Pologne, la Tchécoslovaquie (désormais éclatée), l’Ukraine, la Hongrie, la Roumanie (sans oublier sa petite sœur moldave) et la Bulgarie ont connu le totalitarisme soviétique, puis un brusque passage à la démocratie de marché à partir de 1989.  Ce dictionnaire présente un panorama très complet des idées et des auteurs contemporains originaires de ces contrées d’où émergent des noms bien connus des lecteurs français (Milan Kundera, Emil Cioran, Eugène Ionesco, Paul Celan, Vaclav Havel, Sandor Marai, Witold Gombrowicz…) et d’autres beaucoup moins. Rédigées par des universitaires de premier plan, les notices apportent un éclairage panoramique sur des pensées souvent radicalement différentes de celles qui ont rayonné ou rayonnent chez nous.

L’un des contributeurs de l’ouvrage, Michel Maslowski, explique que l’unité et la spécificité de cette pensée résident dans la fragilité des destins, l’enracinement dans le romantisme et la culture comme voie de réalisation et terreau de la spiritualité. Cet état d’esprit tranche avec la conversion précoce de l’Europe occidentale à la massification consumériste et au rationalisme conduisant à une indifférence religieuse généralisée. C’est de cette divergence essentielle que découle la naissance d’un « illibéralisme » désormais assumé par les gouvernements hongrois ou polonais. Là où certains observateurs voient le déploiement d’un esprit réactionnaire, ce dictionnaire invite bien plutôt à observer de près « une modernité romantique sur fond de tradition commune occidentale », comme le résume la philosophe Chantal Delsol, membre de l’Institut et cheville ouvrière de ce dictionnaire avec Joanna Nowicki.

Située géographiquement entre l’espace culturel germanique et celui de la Russie, l’Europe centrale et orientale est structurée par de jeunes nations peu à peu détachées du fait impérial, qu’il ait été allemand, autrichien, russe ou ottoman. Là encore, cela a généré une mentalité politique bien différente des vieux états-nations à la française. Dans ces pays, la philosophie ou la littérature sont encore bien souvent considérées comme l’expression privilégiée de l’identité nationale.

En feuilletant les biographies intellectuelles qui composent la seconde partie de cet ouvrage, ce sont des pans entiers de la culture et de l’histoire contemporaine européennes qui remontent à notre esprit, que nous ayons eu la chance d’en rencontrer certains (Wladyslaw Bartoszewski) ou d’être liés aujourd’hui à leurs enfants (Neagu Djuvara, Alexandru Paleologu…). Considérons que ce dictionnaire est un bel appel à entretenir un dialogue fécond avec ce monde si proche mais si différent, loin des anathèmes brandis avec d’autant plus de facilité que ces sociétés sont fragiles et conscientes de leurs faiblesses. Comme telles, elles sont d’autant plus meurtries des regards obliques fixés sur elles par de nouveaux inquisiteurs venus de l’Ouest.

Europe
Culture
Politique
Philosophie