Personnalités

Joseph FONTANET

Fondateur de la revue France Forum

 

Né en 1921, Joseph Fontanet n'a jamais cessé de combattre pour la France, en tant que résistant et en tant qu'homme d'État. 

Joseph Fontanet est né en 1921 dans un petit village de Savoie, Frontenex, près d’Albertville. C’est un enfant de la montagne et il le restera toute sa vie. Fils d’industriel, il fait de très brillantes études secondaires à Lyon, à l’Institution des Chartreux, avant d’intégrer directement  HEC en 1937. Il poursuit ultérieurement des études de droit à Lyon et à Paris et obtiendra un doctorat.

C’est à la résidence étudiante des pères maristes où il séjourne qu’il fait la connaissance de François Mitterrand. Il le retrouvera plus tard sur les bancs de l’Assemblée nationale. À cette période, il milite aux Équipes sociales de jeunes gens, mouvement d’amitié et d’échange entre jeunes étudiants et ouvriers, animé par un universitaire catholique, Robert Garric, ainsi que dans les JEC.

Au lendemain de la défaite de 1940, sa classe est appelée dans les chantiers de jeunesse. En 1941, il passe huit mois dans un camp en haute montagne près de Grenoble, ce qui lui permet de nouer ses premiers contacts avec la Résistance. Réfractaire au STO, en 1943, et après quelque temps de maquis en Savoie, il décide de rejoindre les Forces françaises libres en Afrique du Nord.

Son évasion par les Pyrénées est mouvementée. Arrêté par les carabiniers espagnols, il est condamné à quatre mois de prison, emprisonné, puis envoyé dans un camp de concentration à Miranda avant d’obtenir l’autorisation de quitter le territoire espagnol pour le Maroc.

Joseph Fontanet s’engage dans une unité de chars de l’armée du général de Lattre, participe au débarquement à Fréjus le 25 août 1944 et à la campagne d’Allemagne, de janvier à mai 1945. Ses brillantes actions militaires lui valent d’être décoré de la Croix de guerre avec deux citations. Il est l’un des premiers à pénétrer en char dans Mulhouse libérée.


La guerre terminée, il souhaite participer rapidement à l’activité politique intense qui suit la Libération et s’inscrit au nouveau Mouvement républicain populaire (MRP) dont le programme social correspond à ses aspirations. Il entre au bureau national des études du parti centriste et prend la responsabilité des questions économiques. À 27 ans, il est nommé secrétaire général adjoint du mouvement.

En 1950, il devient directeur de cabinet de Jules Catoire, secrétaire d’État à la Santé publique et à la Population et, en 1951, il obtient son premier mandat électif local en devenant conseiller général de Moutiers, en Savoie.

C’est le début d’une grande carrière politique tant locale que nationale. Il sera non seulement réélu dans ce canton en 1958, 1964 et 1970, mais il devient surtout président du conseil général à trois reprises en 1964, 1967 et 1973 avec pour priorité le développement économique local. Il est à l’origine du parc national de la Vanoise et de la construction de plusieurs stations de sports d’hiver. De 1965 à 1977, il est maire de la commune de Saint-Martin-de-Belleville. Cette implantation locale réussie le pousse naturellement à repartir à la conquête du mandat de député de la circonscription tarentaise malgré ses échecs de 1946 et 1951.

Après avoir été conseiller de l’Union française au titre du groupe du MRP de l’Assemblée nationale (1952-1956), il est élu député de la Savoie en 1958 et sera réélu en 1962, 1967, 1968, 1973. Devenu parlementaire, aux derniers mois d’une IVe république agonisante, il met toute son énergie à faire réussir les institutions mises en place par le général de Gaulle.

Il n’oublie pas cependant sa passion pour les idées et pour la démocratie chrétienne et, en 1957, il lance, avec Jean Lecanuet, Etienne Borne, Henri Bourbon et Maurice-René Simonnet, la revue France Forum.


En janvier 1959, il entre au gouvernement de Michel Debré comme secrétaire d’État à l’Industrie et au Commerce. En novembre, il est de nouveau nommé secrétaire d’État au Commerce intérieur et contribue à une vaste réforme du secteur dont il a la charge. C’est la modernisation des commerces, l’ouverture à la concurrence, la stabilisation des prix dans le cadre de la vaste opération de redressement économique et financier lancé par les premiers gouvernements du général de Gaulle. Ce premier poste lui permet de mettre à l’épreuve son libéralisme social.

Sa réussite comme secrétaire d’État au Commerce lui vaut, en 1961, d’être nommé ministre de la Santé publique et de la Population de Georges Pompidou. Il fait accroître sensiblement les crédits d’équipement hospitalier et annonce une série de mesures en faveur des infirmières, mais sa mission va cependant s’arrêter brutalement.

En effet, et malgré son admiration pour le général de Gaulle, il démissionne de ses fonctions ministérielles le 14 mai 1962 à cause du désaccord des cinq ministres MRP avec les conceptions européennes du chef de l’État. Il met à profit cette période pour entreprendre la reconstruction d’une force politique centriste. De 1964 à 1966, il est membre du comité directeur du nouveau Centre démocrate. Les divisions internes du mouvement centriste le conduisent rapidement à des choix différents et, en 1968, il est le premier vice-président du Centre démocratie et progrès, présidé par Jacques Duhamel. Les deux formations ne se retrouveront qu’en 1976 pour former le Centre des démocrates sociaux (CDS). Joseph Fontanet joue aussi un rôle majeur dans la campagne présidentielle de 1965 appuyant et soutenant la candidature de Jean Lecanuet.

En juin 1969, il soutient Georges Pompidou, et non Alain Poher, et revient au gouvernement, cette fois comme ministre du Travail, de l’Emploi et de la Population. Il conservera ces fonctions jusqu’au 5 Juillet 1972. Son bilan à la tête de ce grand ministère est considérable : SMIC, mensualisation, développement de l’Agence nationale pour l’emploi, loi sur la formation continue, préretraite des chômeurs âgés, renforcement de la sécurité dans le travail, loi instituant l’égalité, à travail analogue, des salaires masculins et féminins, doublement de l’allocation de salaire unique pour les salaires les plus faibles, droits sociaux des travailleurs immigrés.

De juillet 1972 à mai 1974, il est ministre de l’Éducation nationale. Les réformes entreprises sont nombreuses, non sans susciter plusieurs manifestations lycéennes : rénovation pédagogique, réforme de l’orientation scolaire, valorisation de l’enseignement technique, lancement du programme de gratuité de l’enseignement du second degré obligatoire, plan de nationalisation des CES et CEG, lancement des premiers débats publics.

En 1974, après avoir soutenu Jacques Chaban-Delmas, il est battu à l’élection législative partielle de Savoie et, redevenu simple citoyen, il décide de se tourner vers de nouvelles activités. De 1975 à 1977, il est l’animateur du Club de Paris et, en 1977, il fonde un nouveau journal, J’informe, dont il sera directeur. L’aventure est éphémère. En 1977, il crée l’association Évangile et Société et, après l’interruption de la parution de J’informe, il devient directeur de la Société d’études et de réalisations pour les équipements collectifs.

Joseph Fontanet meurt, assassiné à Paris, le 1er février 1980.

Auteur

Articles de la revue France Forum

icon on image
©France Forum
Joseph FONTANETFrance Forum, no 65, avril 2017

Contributions à la revue France Forum

©France Forum
©France Forum
©France Forum
©France Forum
©France Forum
©France Forum
©France Forum