FF 61 - Visuel LE GALL - PANORAMA

Le dictionnaire du sens interdit - Paris en juin

parAndré LE GALL, écrivain

Articles de la revue France Forum

PARIS EN JUIN. En juin 2015, Paris était une fête, titre d’une oeuvre posthume de Ernest Hemingway.

Une fois de plus, dans la lumière printanière, s’offrait au marcheur des rues et au passager d’autobus la Ville millénaire avec ses palais historiques distribués au long du fleuve fondateur, Notre- Dame, le Louvre, les Invalides, le Trocadéro; s’offraient aussi les boulevards et les avenues avec leurs brasseries aux terrasses bourdonnantes de rires et de confidences, Paris dans sa fragile splendeur solaire, le Paris qu’une histoire chaotique et convulsive a mystérieusement préservé au travers des siècles. Ce que peut contempler l’usager de l’autobus n° 24 au long de son trajet – la Concorde, les Tuileries, l’île de la Cité –, c’est, à quelques incendies près, ce que le piéton du XVIIIe siècle pouvait observer. Que ces pierres et ces formes aient pu être sauvegardées dans leur immobile majesté, et puissent encore se dresser dans l’éclat de chaque solstice de juin, il y a peut-être là un signe, le sceau d’une identité, la certification d’un héritage. De génération en génération, de projet en réalisation, les lignes et les proportions ont été tant bien que mal intégrées les unes aux autres en sorte que l’oeil continue de s’y trouver bien. La Seine impose ses courbes. L’esplanade des Invalides propose ses symétries. L’île Saint-Louis révèle Notre-Dame. Et les bouquinistes sont toujours là. Le pathétique qui donne sa dimension historique à la ville, c’est que ce même Paris de juin 2015, c’est aussi celui qu’ont profané de leur présence les troupes allemandes le 14 juin 1940, c’est celui qu’avaient envahi les coalisés de 1814 et 1815, c’est celui qu’ont découvert les mobilisés en sursis d’août 1914, cette rue Saint-Honoré, c’est la même qu’ont suivie les condamnés de la Terreur jusqu’à la place de la Révolution où se dressait la guillotine. Et cependant, malgré les lois et malgré la guerre, malgré l’Histoire et sa tragique grandeur, Paris, en juin 2015, était une fête, une splendeur vivante sous le soleil.

Culture
Histoire
France