© www.kremlin.ru

L'Asie centrale, futur pont ferroviaire entre la Chine et l'Europe ?

parSamuel CARCANAGUE, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)

Articles de la revue France Forum

Pas de grève des cheminots entre Chine et Europe !

Septembre 2013, le président chinois Xi Jinping annonce à Astana, au Kazakhstan, le lancement du projet Silk Road Economic Belt (SREB), visant à financer et construire des infrastructures pour favoriser les échanges entre la Chine et le reste du continent eurasiatique et, en particulier, l’Union européenne. Cette annonce sera complétée, un mois plus tard, par le volet maritime du projet (21st Maritime Silk Road). Les deux initiatives seront réunies sous le nom de Belt and Road Initiative (BRI). Soutenu par des banques publiques chinoises et des institutions financières nouvellement créées (la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (BAII) capitalisée à hauteur de 100 milliards de dollars et le New Silk Road Fund, qui devrait atteindre les 55 milliards), cet ambitieux projet chinois devrait façonner en profondeur le développement des transports en Asie centrale.

Ce n’est pas la première fois qu’un acteur extérieur à la région entreprend d’en développer les infrastructures de transport. Déjà en 1993, l’Union européenne avait lancé le programme TRACECA (Transport Corridor Europe Caucasus Asia), réunissant la plupart des pays de l’ex-URSS. Financé par la Banque européenne pour la reconstruction et...

Transports
Mobilité
routes de la soie