Unknown authorUnknown author, Public domain, via Wikimedia Commons

France-Italie, complémentarités et rivalités

parGiovanni CARACCIOLO, ancien ambassadeur d’Italie

Articles de la revue France Forum

Un avenir commun, démocratique et européen.v

TESTIS TEMPORUM, LUX VERTITATIS, VITA MEMORIAE...1 », c’est ainsi que Cicéron définissait, un siècle avant Jésus-Christ, l’Histoire, « magistra vitae». Pour porter un regard lucide sur le présent et le futur des relations entre la France et l’Italie, il ne pourrait y avoir de référence plus appropriée et plus exhaustive que celle de l’Histoire.

Au cours d’une succession désormais millénaire d’événements enchevêtrés, mais aussi de divergences – parfois de différends – entre ces deux « géants » de l’ancien continent, se sont nouées des relations tout à fait particulières qui continuent de fructifier aujourd’hui. On tend parfois, non sans quelque superficialité, à les donner pour acquises, telles qu’elles sont, en les comparant souvent aux liens existant entre consanguins, au sein d’une même famille. Toutefois, dans cette approche, quelque peu expéditive, accentuée par l’accélération de la narration au temps des nouvelles technologies, on ne tient pas toujours compte de l’enseignement évoqué par Cicéron avant même le début de l’ère moderne.

Avec le déclin de la domination romaine, la France entreprend – à partir du Moyen âge jusqu’à la Révolution industrielle du XIXe siècle – une avancée progressive, néanmoins fulgurante, dans la constitution d’un grand état moderne, fortement centralisé et rayonnant dans le monde entier grâce à toutes les facettes qui ont contribué à forger son identité de nation et sa « grandeur ».

De son côté, l’Italie – dont le sort est de ce point de vue plus proche de celui de l’Allemagne – est longtemps restée une mosaïque de petites entités fragmentées, soumises à tel ou tel prince plus ou moins éphémère, dominée de fait par une seule autorité centrale, celle du pape, n’ayant pas même pour cohésion une langue commune. De l’extérieur, on la perçoit comme une « agglomération » purement abstraite, celle que Metternich définissait, non sans quelque mépris, comme une « expression géographique » ou à laquelle Lamartine...

Relations internationales
Diplomatie
France
Italie
Géopolitique
Politique
Article payant

Pour aller plus loin