crédit Keryann

Loi Pacte : à la reconquête industrielle

parOlivia GRÉGOIRE, députée de Paris, présidente de la commission spéciale du projet de loi PACTE

Articles de la revue France Forum

Renforcer le M de PME, un défi essentiel.

Voilà des années que les causes et les conséquences de la faiblesse du tissu industriel français sont documentées. D’un côté, le manque d’innovation et l’insuffisante montée en gamme ; de l’autre, le coût du travail élevé et la difficulté de produire en France. Les résultats sont trop connus : le déclassement industriel de la France nuit à ses exportations, à sa balance commerciale et in fine à son indépendance.

Promulguée à la fin du mois de mai après près de deux ans de débat, la loi PACTE ne prétend pas apporter une solution définitive à trente ans de recul industriel. Sur ce sujet, comme sur beaucoup d’autres, elle se veut avant tout une boîte à outils au service des entreprises qui sont les vecteurs de la reconquête industrielle à laquelle la France doit absolument s’atteler. C’est, en effet, à la question de la croissance des entreprises que le PACTE s’attache alors que d’autres textes sont déjà venus apporter les réponses à d’autres problèmes criants (fiscalité du capital, difficultés de recrutement…).
 

FACILITER LA RENCONTRE DE LA DEMANDE ET DE L’OFFRE. Un premier problème de taille pour la croissance des entreprises est tout simplement celui du financement. À la fin du mois de juin 2018, les entreprises françaises étaient endettées à hauteur de 73,3 % du produit intérieur brut (PIB) contre 62,1 % pour la zone euro et 38,4 % pour l’Allemagne. Or, dans le même temps, les Français disposent d’une épargne financière abondante : à la fin de l’année 2017, elle s’élevait à plus de 5  000 milliards d’euros, soit plus de deux fois la richesse créée par la France. Il existe une difficulté historique à faire se rencontrer l’offre d’épargne...

Industrie
Industrie française
Réindustrialisation
France
Europe
Economie
Article payant

Pour aller plus loin